Les indicateurs de performance dans le secteur de l'énergie

 

La notion d'indicateurs de performance énergétique est un corollaire du diagnostic de performance énergétique. Ce dernier est un document devant être présenté à tout acquéreur de logement ou de bâtiment tertiaire. Il a pour but d'informer le nouveau propriétaire sur la consommation énergétique du logement ou du bâtiment tertiaire. Ces informations prennent en compte le chauffage, la production d'eau chaude et le refroidissement. L'énergie nécessaire à l'éclairage et à l'alimentation des appareils électroménagers n'est pas considérée ici. Deux principaux indicateurs de performance permettent l'évaluation des consommations annuelles en matière énergétique. Il s'agit de l'indicateur de consommation énergétique et de l'indicateur d'impact sur les gaz à effet de serre.

 

L'indicateur de consommation énergétique est exprimé en énergie primaire KWh-ep / (m².an). Quand il s'applique au logement, la surface habitable est donc prise en compte. S'agissant des bâtiments tertiaires, c'est la surface thermique qui est considérée. Des facteurs de conversion conditionnent le passage des consommations finales à la consommation primaire. On parle de facteur 1 pour les combustibles tels que le gaz naturel, le fioul et autres. Pour l'électricité, c'est le facteur 2,58 qui régit le passage énergétique, de manière à tenir compte du rendement global de l'outil de production de l'électricité en France. Cela permet qu'aucune considération énergétique ne soit prise en compte lors du transport. A l'opposé, le passage aux émissions de gaz à effet de serre est, quant à lui, basé sur le contenu de CO2 par type d'énergie. La consommation primaire ne prend en compte que la dépense engendrée lors du transport, du raffinage et de la distribution de l'énergie consommée.

 

Lorsqu'il est question des logements, le positionnement en consommation et gaz à effet de serre est établi de la classe A à la classe F. De 0 à 50, en ce qui concerne la classe A, on considère les logements aux performances optimales. Dans ces logements, le niveau de consommation précédemment évoqué peut être difficilement atteint lorsqu'il s'y opère des travaux de rénovation, mais peut l'être en cas de construction neuve conforme au label réglementaire. De son côté, la classe B (51-90) est accessible en construction neuve conforme au label réglementaire, pour peu que le logement dispose d'un système de chauffage, de pompe à chaleur, ou de chaudière à condensation. Ce score peut aussi être atteint en rénovation.

 

La classe C (91-150) prend en compte les constructions standards de maisons neuves chauffées au gaz, pendant que la classe D (151-230) est standard dans la construction neuve de maison chauffée à l'électricité en France. En ce sens, la limite imposée par la RT 2005 à Paris est, par exemple, de 250 KWh-ep/m²/an pour la classe D et de 130 KWh-ep/m²/an pour la classe C. Au niveau de la classe E (231-330), figurent les logements datant de l'époque du premier choc pétrolier, ou les logements anciens chauffés à l'électricité. Les logements anciens, construits entre 1948 et 1975, appartiennent à la classe F et consomment une quantité considérable d'énergie.

 

Le classement relatif au bâtiment tertiaire s'étend à la classe G ; cependant, il tient compte des variations d'échelle en fonction du type de bâtiment. Le dégradé en émissions de gaz à effet de serre, ici, varie en fonction des énergies. Ainsi, le bois présente un impact faible en analyse de cycle de vie, alors que l'impact du gaz naturel est plus faible que celui du fioul.

Pour en savoir plus sur le diagnostic de performance énergétique: http://www.ademe-poitou-charentes.fr/sites/default/files/files/Domaines%20d%27intervention/Management_Energie/tableau_de_bord.pdf

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin:

Rentabilité des acteurs du secteur de l'énergie

EDF était le principal fournisseur et distributeur d’électricité en France pendant plusieurs décennies, tandis que GDF Suez assurait la distribution de gaz. Le secteur de l’énergie s’est néanmoins ouvert à la concurrence depuis 2007 et de multiples fournisseurs alternatifs ont ainsi fait leur apparition et se partagent le marché.

LIRE

europeetenvironnement.eu

Forces de la concurrence dans le secteur de

l'énergie

Les indicateurs de performance dans le secteur de l'énergie

secteur de l'énergie: stratégie des fournisseurs

électricité et gaz: ajustement de l'offre et de la demande

europeetenvironnement.eu - All right reserved

CGU