Electricité et gaz : ajustement de l'offre et de la demande

 

Pendant les hivers les plus rigoureux, la production d’électricité ou de gaz en France peut ne plus de répondre à l’ensemble de besoins en consommation des citoyens du pays, la faute à un fonctionnement insuffisant des unités de production … Nous avons tous un souvenir précis d’une telle situation, ces mêmes situations qui font la une des journaux et sont largement relayées par les médias en général.

 

Mais une question intéressante ici est bel et bien de savoir comment se passe l’ajustement de l’offre et de la demande pour l’électricité et le gaz dès lors qu’une situation problématique survient dans le pays ? Alors que la France s’impose dans le classement des meilleurs pays européens producteurs d'énergie, comment faire dès lors que cette production n’est plus suffisante ? Toutes les réponses à ces questions dans les lignes qui suivent.

 

La réserve primaire

 

Dans un premier temps, et dès lors que les stocks d’énergie disponible commencent à être insuffisants, les producteurs et les distributeurs d’énergie en France font appel à ce que l’on appelle communément la réserve primaire. Cette réserve, tout comme les réserves secondaire et tertiaire, sont issues d’un décret européen mis en œuvre il y a quelques années maintenant et qui visait déjà à l’époque à instaurer un partenariat énergétique équitable entre les pays de l’Union Européenne.

 

Cette réserve est constituée entre tous les producteurs européens, sur une plaque géographique définie à l’avance. Dès lors qu’un des pays présents dans cet espace géographique montre des signes de faiblesse, il peut alors faire appel à cette réserve primaire pour relancer sa distribution en gaz par exemple. Au sein de ces différents partenaires européens, on estime couramment que la France contribue à hauteur de 570 MW en termes d’apport en énergie (gaz par exemple) à la réserve primaire.

 

La réserve secondaire

 

Cette zone est propre à chaque pays de l’Union Européenne. Le fonctionnement est, là encore, très simple à comprendre : tous les producteurs d’une même zone géographique, en l’occurrence la France, se doivent d’affecter une partie de leur production à cette réserve secondaire. Cette affectation est comprise entre 500 et 1180 MW, une valeur entièrement déterminée selon l’horaire et la période de l’année à laquelle peut survenir une période de manque en électricité.

 

Naturellement, la réserve secondaire ne peut pas subvenir aux besoins en électricité lors d’une crise majeure, mais elle permet tout de même de combler les manques ponctuels que l’on peut rencontrer, par exemple, lors d’une période de grand froid très brève.

 

La réserve tertiaire ou « mécanisme d’ajustement »

 

Dernière réserve, la réserve tertiaire autrement appelée « mécanisme d’ajustement », est une réserve directement alimentée par les producteurs français mais aussi par certains acteurs étrangers qui doivent tout de même disposer de 10 MW d’électricité produite au minimum pour participer à ce mécanisme d’ajustement.

 

Pour plus de renseignements à ce sujet et pour trouver la réponse à la moindre de vos questions, n’hésitez pas à consulter toutes les règles relatives à la programmation, au mécanisme d’ajustement et au recouvrement des charges directement disponibles en ligne. Ces règles permettent de comprendre, dans les détails, le fonctionnement des différentes réserves présentées dans cet article, leur mode d’approvisionnement spécifique, le rôle de tous les acteurs présents etc…

Pour en savoir plus sur les réserves, la production et la consommations d'énergie dans le monde: http://www.assemblee-nationale.fr/12/mieg/donnees.pdf

 

 

 

 

Pour aller plus loin:

Secteur de l'énergie: étude de l'offre

 

LIRE

Sur le territoire français, l’offre énergétique se base sur la stratégie nationale de l’État. Cela concerne la recherche de technologie et de ressources qui permettent au pays d’être indépendant en termes de fourniture énergétique.

LIRE

Evolution de la demande énergétique

europeetenvironnement.eu - All right reserved

Nous contacter par mail: pepin.baptiste@laposte.net